En l’absence d’organisations syndicales, rejetées par les employés, les salaires minimums au sein du numéro un mondial du commerce en ligne sont au-dessus des minimums légaux. Une situation qu’une hausse du chômage pourrait remettre en question, estime Philippe Escande, éditorialiste économique au « Monde ».


Média d'origine : Le Monde