La structure publique, qui prépare plus de 5 000 repas pour les hôpitaux et les cantines scolaires, n’a pas eu d’autre choix que de répercuter en partie la hausse des prix des aliments.


Média d'origine : Le Monde