Outre le poids sur les finances publiques, l’approche actuelle des États risque d’alimenter l’inflation et de saper les incitations à réduire la consommation d’énergie, alerte la Commission européenne.


Média d'origine : Agefi Actif