L’atypique créateur italien a dû se résoudre à quitter la filiale du groupe Kering, sept ans après l’avoir spectaculairement redressée. Un coup de tonnerre dans le secteur du luxe, tributaire de l’esprit du temps, constate Philippe Escande, éditorialiste économique au « Monde ».


Média d'origine : Le Monde