Les commerces de bouche risquent de devoir se cantonner à leur clientèle habituelle, c’est-à-dire leur clientèle aisée pour qui la flambée des prix a peu d’effet, estime le sociologue Vincent Chabault.


Média d'origine : Le Monde