L’association caritative dresse le bilan de la crise sanitaire, avec l’arrivée de nouveaux publics comme les femmes seules de plus de 50 ans en activité, et une détérioration du « reste à vivre » une fois les dépenses contraintes effectuées. Une situation très inquiétante dans un contexte d’inflation.


Média d'origine : Le Monde