Pour faire taire des associations de défense de l’environnement, le recours à des amendements parlementaires portant sur la fiscalité, afin de priver de fonds ces lanceurs d’alerte, devient une pratique courante, constatent dans une tribune au « Monde » les juristes Aude-Solveig Epstein et Thomas Perroud.


Média d'origine : Le Monde