Le chercheur en finance Karl Eychenne qualifie, dans une tribune au « Monde », la stratégie des hausses de taux des banques centrales de « baudelairienne » : se faire du mal pour ne plus avoir mal.


Média d'origine : Le Monde