Le modèle économique de la jeune pousse, valorisée à 4,3 milliards d’euros, repose sur la vente aux enchères de cartes uniques de sportifs. Elle refuse d’être assimilée à un jeu d’argent.


Média d'origine : Le Monde