L’avocate générale de la Cour de justice de l’Union européenne estime qu’une fusion, sans contrôle ex ante, peut faire l’objet d’un contrôle a posteriori pour abus de position dominante.


Média d'origine : Agefi Actif